jeudi 19 avril 2018

Pour le plaisir, et sans mots... ou presque

Juste quelques éclats, reflets du jardin qui semble pressé de rattraper son "retard"
 et qui m'en jette plein les yeux...

Anémone pulsatille

Bombyle sur Corydale
Narcisse Jack Snipe
Erythrone Pagoda

Tulipe Akebono et sauge
Fritillaire Orange Beauty
et enfin, mon aide-jardinière, dans sa pose préférée...


Que du plaisir!


vendredi 6 avril 2018

A petits pas...

A petits pas, dans le chant des pinsons et les roucoulades des tourterelles, le printemps s'installe... Le jardin n'est pas au mieux de sa forme, et je m'active dans les heures les plus douces, entre orages et pluies et grands vents...
Je nettoie - encore et toujours -  je ramasse les feuilles mortes et déjà je désherbe les premiers égopodes qui ne sont pas en retard sur les premières floraisons.
Les petits bulbes ont ouvert le bal, comme les scillas, les bleus bien sûr, et ce précieux dont j'ai oublié le nom...


et l'adorable Narcisse Pipit... Ce n'est pas encore l'abondance, mais leur charme me fait espérer du meilleur à venir.


Le jardin est encore à ses couleurs d'hiver...mais le soleil d'hier soir lui avait redonné grâce à mes yeux.


J'ai commencé des travaux qui me tenaient à coeur depuis bien longtemps... Le remplacement du gazon sous l'érable japonais que l'on casse régulièrement en essayant de nettoyer son pied. Bulbes, plantes de rocailles et sedums pour les bordures devront remplacer cette herbe mousseuse. Cela me permettra aussi de mieux nourrir ce vieil arbre qui commence à s’essouffler...


Un gros travail encore, alors que je m'étais jurée de ne plus rien faire de trop lourd... Cela prendra le temps, mais j'y arriverai - non sans être aidée par M. Gine!
Quel plaisir par contre de jardiner à la bonne hauteur dans mon coin aux herbes aromatiques! J'y ai ajouté marjolaine, thym, persil... Les ciboulettes, l'ail vert, l'oignon rocambole,la sauge et le thym citron ont bien supporté l'hiver - je m'en sers déjà en cuisine!


Je ne mange pas de tulipes - rassurez-vous... il faut croire que j'avais trop de bulbes à planter, non?
Il a gelé cette nuit, mais au bord du bassin, le Caltha palustris blanc entame sa 19ème année au jardin... Je n'en reviens pas de son âge, et après la floraison, j'essaierai de le bouturer pour ne pas le perdre!


Et pour terminer, les arbres, puisque ce sont eux qui m'apportent les oiseaux et leurs chants... Le Cornus mas est magnifique après la grosse taille subie l'année passée. Ils bourdonnent toute la journée, les abeilles en raffolent!


L'hamamélis Diane est trop bas pour attirer les oiseaux... Il commence à pâlir et comme je n'ai pas beaucoup pris le temps de l'admirer, cette année - bien trop mauvais temps, j'ai tiré une dernière photo,  hier,  pour me faire pardonner...


Je le trouve si beau dans la lumière du soir!

samedi 24 mars 2018

Les basques de l'hiver

Comme j'ai envie de lui voir les basques à cet hiver! Mais celui-ci, tel un hôte indiscret, traîne encore  et semble ne pas vouloir quitter la fête. Tous les matins, le gel ou la neige... pas bien forts, ni l'un ni l'autre, mais suffisants pour empêcher l'éclosion des bourgeons et abîmer les quelques fleurettes de jardinerie que j'ai achetées pour conjurer le sort - croyais-je!


Je croyais en effet que la roue avait tourné, mais j'avais claironné bien trop vite, et les impatientes doivent courber la tête et ronger leur frein...


Je me contente donc de glaner, de ci-de là quelques jolies images, je nourris encore les oiseaux, je surveille les jonquilles pour qu'elles ne "coudent" pas sans me prévenir ...


et dès l'après-midi doux revenu, je nettoie, je grattouille, dans les feuilles mortes humides et glacées... je fais des projets, bien sûr, comme tous les printemps!
Les petits Iris Harmony m'accompagnent joliment dans ces quelques instants d'activité jardinière. Ce sont des combattants vaillants et je me réjouis chaque année de leur bleu incomparable!


L'inspection des arbres du jardin a apporté une mauvaise surprise. Le Prunus vit ses derniers mois, attaqué par un champignon qui lui est propre: le phellin du prunier. J'ignorais tout de celui-ci, mais le spécialiste me dit que sur un arbre vieux de plus de 30 ans, il est assez fréquent.


Le tronc est attaqué assez profondément, mais l'arbre résiste encore à la traction, et semble ne pas risquer de tomber dans ma cour... Je vais donc le laisser fleurir cette année encore... mais il va me manquer puisqu'il faisait écran contre la fenêtre des voisins!

Photo avril 2017
Je ne verrai certainement pas son remplaçant grandir pour devenir aussi élevé!

Un petit crocus a poussé dans une potée  délaissée cet hiver...  Son bulbe a dû se fortifier pendant plusieurs années et il a réussi à percer à travers le coussin de campanules. Mignon!





jeudi 8 mars 2018

La roue a tourné !

Enfin, la roue a tourné... Je me suis régalée aujourd'hui, dans le soleil revenu! Il a plu cette nuit, il n'a pas gelé, et à 6h00 ce matin, la lune était splendide épinglée dans le ciel encore noir... Je n'attendais pas ce joli temps de printemps, mais je me suis dépêchée de me mettre à l'ouvrage!

Physalis et Harmony au soleil!
Un petit jeu de chaises musicales, au nord... La plante-bande au-dessus du mur présentait de gros défauts et j'avais l'intention d'y remédier : Les rosiers avaient été plantés trop à l'ombre et le Corylopsis grillait en plein soleil, le houx qui devait le protéger n'ayant pas grandi!!! Mais tous devaient rester dans cette cour réservée au jaune et au blanc.

Le rosier Breathless Charm et le Croylopsis ont échangé leur place, moyennant un peu de tourbe pour ce dernier, et un enrichissement du terrain pour le rosier! J'espère de tous les deux une meilleure floraison!

Breathless Charm dans son nouveau trou!

Le malheureux rosier Golden Wings qui avait très mal commencé chez moi puisque le rosiériste m'avait froidement répondu qu'il était faible parce que c'était le fond de la corbeille (!) n'a jamais vraiment démarré. Ce rosier présenté comme une force de la nature me faisait de la peine à voir, avec quelques fleurs - merveilleuses, c'est vrai - par année. Je voulais le déplacer et le mettre à la place d'une petite viorne qui avait l'air de vouloir prendre ses aises au premier plan... Mais Golden Wings n'avait que des racines en mauvais état, aucune radicelle... et je me suis dépêchée  de le tailler court, tiges et racines et de le mettre en pot! Je croise les doigts pour le sauver... 
La viorne Winton est partie à l'arrière plan... De l'eau à tout ce petit monde  à suivre les prochaines semaines..

Sinon, j'ai commencé la taille des rosiers et des hydrangeas, nous avons ajusté quelques structures malmenées par le vent, et monté la table de rempotage "irrésistible" achetée pour trois sous-six sous en solde! Petite et toute mignonne, je vous la montre sans déco, juste finie! Un beau soulagement pour mon dos...


Et quand tout a été fini, j'ai admiré les petites résistantes qui ont profité de cette tiédeur retrouvée... Quelques hellébores orientalis, les premiers, à n'être pas abîmés par la neige.


Les crocus sous l'érable japonais sont tout frais.


et les visiteuses sont très affairées autour de cette rare source de pollen...


Cela sent rudement bon le printemps! Vous ne trouvez-pas ?

jeudi 1 mars 2018

Ils n'avaient pas menti

Tout le mois de février, entre pluies diluviennes et gel profond, j'ai attendu en vain que les crocus et quelques autres fleurettes veuillent bien éclore. J'imaginais un petit billet qui donnerait des nouvelles du jardin endormi certes, mais avec des promesses... eh non, ça ne s'est pas passé comme ça!

Nous voilà donc en mars, et ce premier jour, la neige a tout enseveli... La veille, les étourneaux en hordes avaient investi le chêne et le jardin, se précipitant sur les mangeoires! Je les admirais, sans imaginer que leur voracité annonçait la disette à venir, graines et bourgeons ensevelis sous la couverture!



Ils n'avaient pas menti et s'étaient montré prévoyants...  Une neige légère, pourtant, qui n'a pas courbé le bambou, mais la couche est d'importance - la plus haute de cette année : 25 cm au moins!



Adieu, perce-neige, crocus, scillas et hellébores... Au moins, la terra s'assouplira et perdra son allure "béton" due au gel et vous pourrez peut-être vous rattraper quand le "vrai" printemps sera là. Quant à moi, il ne me reste plus qu'à faire contre mauvaise fortune bon coeur!


J'ai tracé des sentiers jusqu'aux mangeoires pour pouvoir les alimenter sans m'en mettre plein les souliers et depuis derrière la fenêtre, j'observe les affamés!




De la couleur et du mouvement...

vendredi 26 janvier 2018

Fleurs de janvier

Quelques jours de soleil! Pâlot certes, mais la température est remontée, la terre se dégèle en surface, permettant l'éclosion des premières fleurs. Chaque année, je m'étonne de cette force qui pousse les premiers crocus à jaillir, si miraculeusement intacts.


Quelques perce neige les avaient précédé de quelques jours, mais beaucoup sont encore bien serrées dans leur fourreau vert, pointant à peine sous la couche des feuilles mortes.


Le jasmin d'hiver ne fait pas mentir son nom et quelques fleurettes l'animent. Je rêvais d'un portique complètement habillé, mais les rosiers lianes qui n'ont pas perdu leurs feuilles le font beaucoup mieux que ce jasmin qui ne se plaît pas vraiment chez moi. Je l'ai déplacé trois fois, j'en ai donné des boutures qui ont fait tapisserie ailleurs, mais chez moi, il rechigne. Mais pour ces quelques lueurs dans le gris de l'hiver, il garde droit de cité.


Enfin, les hellébores émergent à peine, déjà souillées par les éclaboussures des fortes pluies des dernières tempêtes. Elles restent très tardives ici!


Ce redoux m'a permis de commencer à nettoyer le jardin, avec plaisir! Les paysagistes sont venus tailler ce que je ne peux plus faire moi-même, et j'en ai profité pour alléger certains arbres qui devenaient trop grands.
J'aime le matin regarder depuis ma fenêtre les chatons du noisetier qui pendeloquent dans le soleil. Une dernière photo avant la coupe des branches principales trop hautes. 


Le pommier Evereste qui a pris des proportions inquiétantes pendant ces cinq dernières années a été restructuré pour que le passage puisse exister! J'ai beaucoup hésité à l'amputer d'une moitié, mais il paie là ma négligence insouciante : j'aurais dû le tailler lorsqu'il était plus jeune. Pourtant, vu sa bonne nature, je ne doute pas que mené ainsi, il pourra à nouveau donner le meilleur de lui-même. Nous lui avons gardé des tire-sève en hauteur pour lui permettre de respirer, et une taille plus ronde interviendra l'année prochaine...


Je ne terminerai pas ce billet sans parler des traditionnelles Viola cornuta, les seules à fleurir pendant tout l'hiver chez moi, moyennant un léger abri contre la neige. Sur le seuil, plein sud, elles ont éclairé les jours gris, sans  se départir de leur air bon enfant! Un cadeau dont je ne me lasse jamais!


Je n'aurais ainsi pas passé janvier sans jardiner et je suis bien aise de reprendre cette douce activité, même si je sais que l'hiver n'est pas terminé!

samedi 13 janvier 2018

Commençons l'année

par un regard en arrière, avec l'abécédaire 2017! A l'instar de Sylvaine et de Lydie, je me suis replongée dans mes fichiers photos, pour constater que l'année n'avait pas été aussi triste que je me l'étais imaginée...

A : Ammi majus

Pour la première année au jardin, il a fleuri sans discontinuer

B : Buddleia


Il arrive en bout de courses, épuisé par tant d'années et trop de tailles


C : Camassia

Une floraison remarquable, malheureusement de courte durée


D : Digitale

Le grand retour... Aucune maladie fongique et beaucoup de prestance


E : Echinacée

Une valeur sûre


F : Fusain

Pour la joie des yeux et des oiseaux


G : Géranium

Les indispensables - ici, le célèbre Rozanne


H : Hépatite

Une sauvageonne qui se plaît au jardin


I : Ibéris umbellata

Au jardin un jour, au jardin toujours


J : Jasminum nudiflorum

Jamais fleuri avant le printemps, mais toujours présent


K : Kerria japonica

Un pompon jaune que je cultive pour mes bouquets


L : Linaire

Encore une sauvageonne dont j'ai prélevé la graine dans un talus voisin


M : Matricaire

Une simple, indispensable aimant à pucerons


N : Nepeta

Pour les chats du quartier en bordure, et ici, Six Hills Giant 


O : Oeillet des poêtes

Des coloris surprises, entre blanc, saumon, rose, rouge et grenat


P : Pigamon Elin

Un brouillard au-dessus de nos têtes


Q : Quercus americana

Le maître du jardin qui dicte la lumière


R : Rudbeckia

Des petits soleils brûlés que j'espère retrouver en juillet


S : Sauge officinale

La bonne à tout faire : cuisine et tisanes, et si bleue dans les bouquets


T : Topinambour

Les derniers feux...


U : Uva vulpis

Des précieuses... bien trop rares et délicates


V : Viola cornuta

Les seules qui veulent bien fleurir pendant l'hiver



W : Waldsteinia ternata

Adorable faux fraisier


X : Clématite X Empress

La même qu'en 2016, la seule plante commençant par X au jardin



Y : Y'en a pas!


Z : Tulipe Zurel

Une tulipe que j'aime marier avec les blancs et les bordeaux...



Ce petit jeu me permet de voir que le jaune introduit dans le jardin depuis quelques années semble bien présent... Pourtant, il reste cantonné principalement au nord, hormis les narcisses. Les topinambours et la linaire eux vont où ils veulent!

Et vous, préparez-vous votre abécédaire ?