jeudi 19 avril 2018

Pour le plaisir, et sans mots... ou presque

Juste quelques éclats, reflets du jardin qui semble pressé de rattraper son "retard"
 et qui m'en jette plein les yeux...

Anémone pulsatille

Bombyle sur Corydale
Narcisse Jack Snipe
Erythrone Pagoda

Tulipe Akebono et sauge
Fritillaire Orange Beauty
et enfin, mon aide-jardinière, dans sa pose préférée...


Que du plaisir!


vendredi 6 avril 2018

A petits pas...

A petits pas, dans le chant des pinsons et les roucoulades des tourterelles, le printemps s'installe... Le jardin n'est pas au mieux de sa forme, et je m'active dans les heures les plus douces, entre orages et pluies et grands vents...
Je nettoie - encore et toujours -  je ramasse les feuilles mortes et déjà je désherbe les premiers égopodes qui ne sont pas en retard sur les premières floraisons.
Les petits bulbes ont ouvert le bal, comme les scillas, les bleus bien sûr, et ce précieux dont j'ai oublié le nom...


et l'adorable Narcisse Pipit... Ce n'est pas encore l'abondance, mais leur charme me fait espérer du meilleur à venir.


Le jardin est encore à ses couleurs d'hiver...mais le soleil d'hier soir lui avait redonné grâce à mes yeux.


J'ai commencé des travaux qui me tenaient à coeur depuis bien longtemps... Le remplacement du gazon sous l'érable japonais que l'on casse régulièrement en essayant de nettoyer son pied. Bulbes, plantes de rocailles et sedums pour les bordures devront remplacer cette herbe mousseuse. Cela me permettra aussi de mieux nourrir ce vieil arbre qui commence à s’essouffler...


Un gros travail encore, alors que je m'étais jurée de ne plus rien faire de trop lourd... Cela prendra le temps, mais j'y arriverai - non sans être aidée par M. Gine!
Quel plaisir par contre de jardiner à la bonne hauteur dans mon coin aux herbes aromatiques! J'y ai ajouté marjolaine, thym, persil... Les ciboulettes, l'ail vert, l'oignon rocambole,la sauge et le thym citron ont bien supporté l'hiver - je m'en sers déjà en cuisine!


Je ne mange pas de tulipes - rassurez-vous... il faut croire que j'avais trop de bulbes à planter, non?
Il a gelé cette nuit, mais au bord du bassin, le Caltha palustris blanc entame sa 19ème année au jardin... Je n'en reviens pas de son âge, et après la floraison, j'essaierai de le bouturer pour ne pas le perdre!


Et pour terminer, les arbres, puisque ce sont eux qui m'apportent les oiseaux et leurs chants... Le Cornus mas est magnifique après la grosse taille subie l'année passée. Ils bourdonnent toute la journée, les abeilles en raffolent!


L'hamamélis Diane est trop bas pour attirer les oiseaux... Il commence à pâlir et comme je n'ai pas beaucoup pris le temps de l'admirer, cette année - bien trop mauvais temps, j'ai tiré une dernière photo,  hier,  pour me faire pardonner...


Je le trouve si beau dans la lumière du soir!

samedi 24 mars 2018

Les basques de l'hiver

Comme j'ai envie de lui voir les basques à cet hiver! Mais celui-ci, tel un hôte indiscret, traîne encore  et semble ne pas vouloir quitter la fête. Tous les matins, le gel ou la neige... pas bien forts, ni l'un ni l'autre, mais suffisants pour empêcher l'éclosion des bourgeons et abîmer les quelques fleurettes de jardinerie que j'ai achetées pour conjurer le sort - croyais-je!


Je croyais en effet que la roue avait tourné, mais j'avais claironné bien trop vite, et les impatientes doivent courber la tête et ronger leur frein...


Je me contente donc de glaner, de ci-de là quelques jolies images, je nourris encore les oiseaux, je surveille les jonquilles pour qu'elles ne "coudent" pas sans me prévenir ...


et dès l'après-midi doux revenu, je nettoie, je grattouille, dans les feuilles mortes humides et glacées... je fais des projets, bien sûr, comme tous les printemps!
Les petits Iris Harmony m'accompagnent joliment dans ces quelques instants d'activité jardinière. Ce sont des combattants vaillants et je me réjouis chaque année de leur bleu incomparable!


L'inspection des arbres du jardin a apporté une mauvaise surprise. Le Prunus vit ses derniers mois, attaqué par un champignon qui lui est propre: le phellin du prunier. J'ignorais tout de celui-ci, mais le spécialiste me dit que sur un arbre vieux de plus de 30 ans, il est assez fréquent.


Le tronc est attaqué assez profondément, mais l'arbre résiste encore à la traction, et semble ne pas risquer de tomber dans ma cour... Je vais donc le laisser fleurir cette année encore... mais il va me manquer puisqu'il faisait écran contre la fenêtre des voisins!

Photo avril 2017
Je ne verrai certainement pas son remplaçant grandir pour devenir aussi élevé!

Un petit crocus a poussé dans une potée  délaissée cet hiver...  Son bulbe a dû se fortifier pendant plusieurs années et il a réussi à percer à travers le coussin de campanules. Mignon!